La parole et la communication : une soirée pour les parents

Accueil > Le coin des parents > La parole et la communication : une soirée pour les parents

Importance de la Parole juste et vraie

Nous vous proposons une retranscription du plan et des diapositives que Mme Myriam MONTABONE nous a présentés lors de sa conférence du 30 avril dernier. Sans prétendre retranscrire tout ce qu’elle a pu dire, nous avons néanmoins réussi à noter quelques exemples de ses propos, surtout dans la dernière partie.

Qu’elle soit vivement remerciée pour cette conférence très intéressante et utile.
Plan
Introduction
A. Les mots sont des canaux
1. But poursuivi et choix des mots
2. Les mots et ce qu’il évoquent (obj. et subjectif)
3. Les deux fonctions des mots (prise de conscience et fonction de communication)
B. Justesse et vérité du langage pour une action plus juste
C. Quelques règles pour « mieux parler »

Introduction
Les mots nous permettent de nous comprendre et de faire des liens
La parole est agissante et créatrice

A. Les mots sont des canaux de nos forces
1. Le but poursuivi et le choix des mots
2. Objectivité et subjectivité
3. Les fonctions des mots pris en eux-mêmes
Prise de conscience
Fonction de communication
B. Justesse et vérité du langage pour une action plus juste

Le langage structure la pensée et par voie de conséquence, l’action.

Par le langage, et la formulation de ce qu’un enfant ressent, on peut l’aider à formuler, à exprimer quelque chose qu’il garde au fond de lui-même mais qu’il n’arrive pas à dire, et qui le bloque dans son action. Par exemple, une souffrance due à la séparation de ses parents, ou par une absence de la mère alors que l’enfant est tout petit. Exemple d’une maman partie quelques jours à l’hôpital, et qui a laissé chez son nourrisson une forte angoisse.

C. Quelques règles pour « mieux parler »
1. Commencer par prendre conscience du but
Lorsque je parle, lorsque je dis quelque chose à quelqu’un, dans quel but je le lu dit ? Est-ce pour l’informer, pour me plaindre, pour proposer quelque chose ? Car si on a conscience de ce que l’on cherche à faire, on utilisera un discours en conséquence.
2. Employer des mots positifs.
Lorsqu’un enfant se trompe, (ou un adulte) mettre l’accent sur la possibilité de recommencer plutôt que de prononcer une sentence définitive (« c’est foutu »  « Vas-y, recommence, et cette fois tu vas y arriver »)
3. Prononcer des mots vrais
4. Éviter le piège de la critique
Ne pas dire « Il est nul », car personne n’est complètement nul. Plutôt privilégier : « Sur ce point, tu n’as pas bien fait ».
5. Les messages-je et prendre conscience de nos ressentis
Personnaliser le message plutôt que d’avoir recours à des généralités ou au pronom personnel « on ».
Conclusion

« Ma parole, qui sort de ma bouche, ne me reviendra pas sans résultat, sans avoir fait ce que je veux, sans avoir accompli sa mission »
Isaïe 55,10-11.

À la fin de la conférence, 3 ou 4 personnes ont pu poser des questions. Il est clair que le sujet était passionnant, et l’on voit que certains points abordés pourraient, à eux seuls, faire l’objet d’un ou de plusieurs autres exposés.

Portfolio

Venir au Club Taillefer


Agrandir le plan

Encadrement

  • Etienne Joubert

Contact

Club Taillefer - Centre culturel Veymont

28 rue Gay Lussac

38100 Grenoble

Tél. : 04 76 87 44 28

Adresse électronique : clubtaillefer[at]gmail.com